EULAR 2019 – Rhumatisme psoriasique

Les points forts

> L’ixékizumab (anti-IL17A) se montre supérieur à l’adalimumab sur un critère combinant ACR50 et PASI100 dans la première étude de comparaison directe présentée dans le rhumatisme psoriasique (SPIRIT-H2H).
> Le filgotinib (inhibiteur sélectif de JAK1) fait la preuve de son efficacité dans le rhumatisme psoriasique dans une étude de phase II (EQUATOR).
> Le sécukinumab (anti-IL17A) démontre son efficacité sur les manifestations axiales du rhumatisme psoriasique dans la première étude spécifiquement dédiée à cet aspect de la maladie (MAXIMISE).
> Le tildrakizumab (anti-IL23p19) fait la preuve de son efficacité dans le rhumatisme psoriasique dans une étude de phase IIb (TIL).
> Le bimékizumab (anti-IL17A et anti-IL17F) démontre l’efficacité de la double neutralisation de l’IL17A et de l’IL17F dans le rhumatisme psoriasique dans une étude de phase IIb.

1. Ixékizumab : quelle efficacité comparativement à l’adalimumab dans le rhumatisme psoriasique ?

SPIRIT-H2H est la première étude de comparaison directe d’un anti-IL17A, l’ixékizumab, à un anti-TNF, l’adalimumab, dans le rhumatisme psoriasique. Il s’agit d’une étude multicentrique, randomisée, ouverte, avec évaluateur en insu, concernant 566 patients présentant un rhumatisme psoriasique actif, avec un psoriasis cutané, en réponse inadéquate à au moins un csDMARD, naïfs de bDMARD. Les patients ont reçu de l’ixékizumab SC (n = 283) ou de l’adalimumab SC (n = 283), conformément au schéma de l’AMM de ces deux agents biologiques pour l’indication rhumatisme psoriasique ou psoriasis modéré à sévère, pendant 52 semaines. L’objectif principal de cette étude était de démontrer la supériorité de l’ixékizumab comparativement à l’adalimumab à 24 semaines, sur un critère composite impliquant à la fois les réponses ACR50 et PASI100. Les objectifs secondaires clés étaient de démontrer la non-infériorité de l’ixékizumab comparativement à l’adalimumab à 24 semaines sur le critère ACR50 et la supériorité sur le critère PASI100.
À l’issue des 24 premières semaines, l’ixékizumab s’est révélé supérieur à l’adalimumab sur le critère composite impliquant à la fois les réponses ACR50 et PASI100 (36 % vs 28 %, p < 0,05), non inférieur sur le critère ACR50 (51 % vs 47 %) et supérieur sur le critère PASI100 (60 % vs 47 %, p < 0,01) (Fig. 1).

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Rhumatos.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles