l'expertise pratique en rhumatologie

Les nouveaux symptômes : y a-t-il des manifestations articulaires du COVID-19 ?

Depuis 1 mois, le COVID a envahi l’Europe, la littérature médicale, notre activité quotidienne… et nos connaissances sur la maladie s’enrichissent de jour en jour.

Manifestations ORL

La première information notable, par rapport aux données qui avaient été rapportées par nos collègues chinois, est la fréquence de manifestations ORL, anosmie et dysgueusie, parfois à un stade très précoce, avant la pneumonie. La fréquence de ces manifestations est désormais évaluée entre 30 et 40 % des cas, si l’on comprend les formes atténuées.

Manifestations dermatologiques

Des manifestations dermatologiques ont ensuite été décrites : rash érythémateux, urticaire et surtout aspect de vascularite des extrémités (Fig. 1), dont les observations se sont multipliées ces dernières semaines. La signification de ces lésions n’est pas certaine. Un lien avec la présence d’anticorps anti-phospholipides (qui accompagnent non exceptionnellement une infection aiguë) a été évoqué. Il faut cependant noter que des lésions strictement identiques ont été observées de façon contemporaine chez des sujets confinés, COVID négatif, sans notion de contact avec des sujets porteurs du COVID. L’interprétation de tels phénomènes n’est peut être pas univoque. Il est important de rappeler qu’à la faveur d’une épidémie virale on constate fréquemment une réactivation d’autres virus.

Manifestations rhumatologiques

La question de manifestations rhumatologiques a également été suggérée. Ce n’est finalement pas surprenant, si l’on prend en considération le fait que de très nombreuses infections virales peuvent être à l’origine de manifestations articulaires, à type de polyarthralgie ou d’authentique polyarthrite, volontiers associées à un rash cutané, des myalgies, de la fièvre. Ces manifestations surviennent généralement pendant la phase d’invasion et sont fugaces. Plusieurs observations ont été rapportées depuis quelques semaines, avec parfois des tableaux plus sévères, chez l’adulte ou chez l’enfant. Nos pédiatres bordelais ont observé un tableau d’arthralgies périphériques et de rachialgies sévères associées à une vascularite cutanée, une atteinte respiratoire plus légère, un très gros syndrome inflammatoire et une hyperferritinémie à plus de 5000. Nous avons quant à nous observé une exacerbation violente d’une maladie de Still, à la faveur d’un épisode de COVID confirmé mais peu sévère. Enfin, un article récent montrait la relation entre les infections virales respiratoires et l’incidence de la polyarthrite rhumatoïde dans les 2 mois suivant un épisode viral, montrant l’influence particulièrement importante des coronavirus « habituels ». Cette épidémie de COVID-19 sera donc peut-être suivie d’une augmentation transitoire de l’incidence de la polyarthrite rhumatoïde, et peut-être d’autres rhumatismes inflammatoires.

Figure 1 – En haut : aspect de vascularite de l’avant-pied. En bas : même patient à 8 jours d’intervalle.

L’auteur déclare ne pas avoir de lien d’intérêt.