l'expertise pratique en rhumatologie

TOP ACR 2019 : Spondyloarthrites

Nouvelles molécules, nouveaux marqueurs…

L’actualité concernant la spondyloarthrite a été particulièrement riche lors de cette édition du congrès de l’ACR. Les éléments thérapeutiques ont porté principalement sur les anti-IL-17, avec l’analyse du maintien thérapeutique et les résultats dans les formes non radiographiques axiales. L’upadacitinib est un nouveau JAK inhibiteur avec des résultats positifs vs placebo. Sur le plan physiopathologique, HLA-B*15 semble être un marqueur d’atteinte périphérique, alors que la consommation alcoolique est associée à la progression radiographique.

1. Sécukinumab : maintien thérapeutique et facteurs associés

Sécukinumab et prédicteurs de maintien

Le sécukinumab (SEC) est un inhibiteur de l’IL-17 utilisé pour traiter les patients souffrant de spondyloarthrite axiale (axSpA) et d’arthrite psoriasique (PsA). Le maintien thérapeutique est souvent utilisé comme indicateur de l’efficacité et de la tolérance du traitement. L’évaluation du maintien du SEC dans la pratique clinique de routine et l’identification des prédicteurs de maintien associés a fait l’objet d’une étude rétrospective, longitudinale, observationnelle et multicentrique française (1) auprès de tous les patients atteints d’axSpA ou de PsA ayant reçu au moins une injection de SEC entre juillet 2016 et avril 2019. Les caractéristiques démographiques et cliniques, la date d’apparition, la posologie initiale et la modification posologique du SEC, les traitements biologiques antérieurs (bDMARD) et les traitements concomitants ont été recueillis. La raison de l’abandon a été classée en fonction du manque d’efficacité, des effets indésirables et autres. Les prédicteurs potentiels évalués étaient l’âge de début, le sexe, le tabagisme, les bDMARD précédents et le traitement concomitant. Dans la cohorte axSpA, les signes de sacroiliite radiographique, de sacroiliite en IRM ou de CRP élevée ont également été évalués comme prédicteurs potentiels. Le maintien du médicament a été analysé par la méthode Kaplan-Meier et les différences de maintien entre les groupes ont été évaluées au moyen d’un test logarithmique.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Rhumatos.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles