Ce qui a changé en 15 ans

« Avec l’avènement de nouvelles molécules beaucoup plus efficaces, il est devenu logique de se fixer des objectifs plus ambitieux… »

Trois étapes ont révolutionné “l’immunothérapie” en rhumatologie :
1. une meilleure compréhension des maladies immunologiques,
2. un essor des biotechnologies par les industriels du médicament pour en faire des médicaments,
3. l’émergence de concepts fondés sur la mesure et les optimisations de stratégies.

Début des années 2000  : une meilleure compréhension des maladies

On est entré dans l’ère des thérapeutiques immunologiques ciblées, ce qui a transformé profondément la prise en charge des maladies inflammatoires. En réalité, tout a commencé au milieu des années 1990, avec l’utilisation des premiers biomédicaments ciblés, en particulier les premiers anti-TNF (étanercept/Enbrel®). C’était la découverte d’un nouveau monde thérapeutique, après des décennies d’utilisation de molécules chimiques (sels d’or, thioles, méthotrexate) et bien sûr des corticoïdes. Ainsi, nous sommes entrés dans une ère nouvelle du traitement des maladies inflammatoires pour deux grandes raisons :
une meilleure compréhension de ces maladies (notamment de la PR, mais d’autres maladies aussi) avec de plus en plus de travaux expliquant de façon détaillée leurs mécanismes immunologiques,
l’industrialisation de ces molécules immunomodulatrices ciblées, car ce sont les progrès de la biotechnologie qui ont permis d’en faire des médicaments en quantité suffisante pour être commercialisés et pour en faire bénéficier les patients.

L’essor du treat to target

Avant, il était compliqué d’avoir des objectifs thérapeutiques autres que d’améliorer la douleur des malades, ce qui était déjà vertueux, mais insuffisant. Avec l’avènement de molécules beaucoup plus efficaces, il est devenu logique de se fixer des objectifs plus ambitieux ce qui nécessitait d’être capable de mesurer l’activité de la maladie. C’est ainsi que l’utilisation d’indicateurs de mesure comme le Disease activity score (DAS) dans la PR, ou d’autres scores dans d’autres maladies a été recommandée et diffusée. La mesure permet de “programmer” des stratégies thérapeutiques plus pertinentes, notamment la stratégie treat to target dont l’objectif est une rémission. C’était très innovant ! Cette stratégie a commencé à se répandre en rhumatologie avec la diffusion du concept et son appropriation par la communauté rhumatologique. Depuis, en 15 ans, le treat to target est utilisé dans de très nombreuses maladies inflammatoires et même au-delà dans d’autres disciplines.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Rhumatos.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles