Introduction

Les rhumatismes inflammatoires chroniques (RIC) comprennent la polyarthrite rhumatoïde (PR) et les spondyloarthrites (SpA), dont le rhumatisme psoriasique (RP). Cette présentation se focalisera essentiellement sur la radiographie et l’échographie, qui sont actuellement les imageries les plus fréquemment utilisées du fait de leur accessibilité et de leur faible coût, ainsi que de nombreuses études démontrant leur utilité en pratique courante. Nous présenterons également des données sur la tomographie à émission de positons, technique d’imagerie d’utilisation récente dans les RIC.

L’imagerie standard

Introduction

C’est le gold standard de l’exploration des RIC périphériques. L’HAS recommande depuis 2007 (1) la réalisation devant un RIC périphérique débutant la réalisation de clichés comprenant au minimum :
- radiographie des mains-poignets F en rapport 1/1,
- radiographie des avant-pieds F et ¾ en rapport 1/1,
- ± radiographies des articulations douloureuses.
Le principe de cette imagerie repose sur l’émission de rayons X et leur réception sur une plaque photosensible actuellement le plus souvent numérique après leur absorption ± importante lors de leur traversée dans les tissus mous et qui va créer ainsi une image.

Radiographie standard et PR

La PR est le RIC le plus fréquent, estimé à 0,5 à 1 % de la population française. C’est une pathologie de la synoviale dont le risque évolutif est la destruction articulaire aboutissant au handicap irréversible hors chirurgie dans les formes sévères. Les lésions élémentaires comportent : érosion et pincement.
De nombreux scores d’évolutivité structurale ont été proposés, qui sont utilisés dans les études cliniques, car trop complexes pour une utilisation en pratique courante. Actuellement, le plus fréquemment utilisé est celui de Sharp modifié par Van der Heidge, dont le score varie entre 0 et 448 en additionnant le score pincement (0 à 168) et érosion (0 à 280).
La réalisation de radiographies au stade initial et dans le suivi est essentielle, car les études montrent que c’est dans les deux premières années que les érosions et les pincements sont les plus fréquents, raison pour laquelle ces radiographies seront répétées tous les 6 mois pendant 2 ans. Ces données sont d’ailleurs reprises dans les recommandations SFR de 2019 (2).

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Rhumatos.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles