EULAR 2020 : TOP 5 Rhumatisme psoriasique

Les points clés

• Dans une analyse post-hoc des données issues des études DISCOVER-1 et DISCOVER-2, le guselkumab (anti-IL-23 p19) s’est révélé supérieur au placebo à 6 mois sur des critères d’évaluation de l’efficacité axiale (BASDAI et ASDAS) chez les patients présentant des signes de sacro-illite à l’imagerie.
• Le sécukinumab (anti-IL-17A) ne s’est pas montré supérieur à l’adalimumab à 1 an sur le critère ACR20. Il s’est par contre avéré supérieur à l’adalimumab sur le critère PASI90, avec des taux de réponse comparables sur le critère ACR50, l’amélioration du HAQ-DI et la résolution des enthésites (EXCEED).
• L’ixékizumab (anti-IL-17A) s’est révélé supérieur à l’adalimumab à 1 an sur un critère composite combinant simultanément ACR50 et PASI100, sans différence statistiquement significative sur le critère ACR50, avec une supériorité sur le critère PASI100, que ce soit en monothérapie ou en association à un csDMARD (SPIRIT-H2H).
• L’upadacitinib (JAK inhibiteur) a démontré son efficacité, que ce soit à la posologie de 15 mg/j ou de 30 mg/j, chez les patients avec réponse inadéquate à un traitement préalable par agent biologique (SELECT-PsA2).
• L’arrêt du méthotrexate n’a généralement pas eu d’effet significatif sur l’activité de la maladie ou sur le score fonctionnel chez des patients préalablement traités par l’association tofacitinib et méthotrexate (OPAL Balance).

1 – Guselkumab : quelle efficacité à 6 mois d’un anti-IL-23 p19 sur l’atteinte axiale du rhumatisme psoriasique (DISCOVER-1 & DISCOVER-2) ?

L’efficacité et la tolérance d’un anti-corps monoclonal anti-IL-23 (spécifique de la sous-unité p19), le guselkumab, ont été évaluées chez des patients atteints d’un rhumatisme psoriasique actif, naïfs d’agent biologique (DISCOVER-2) ou avec réponse inadéquate ou intolérance à un traitement standard ayant comporté ≤ 2 anti-TNF chez près de 30 % d’entre eux (DISCOVER-1).
Ces patients ont reçu des injections sous-cutanées de guselkumab (100 mg à l’inclusion, à 4 semaines, puis toutes les 4 ou toutes les 8 semaines) ou de placebo pendant 24 semaines dans le cadre de la phase contrôlée de ces deux études.
Cette analyse post-hoc a évalué le guselkumab sur des critères d’efficacité axiale (BASDAI et ASDAS) chez les patients inclus dans les études DISCOVER-1 & DISCOVER-2 présentant des signes de sacro-iliite à l’imagerie.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Rhumatos.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles