l'expertise pratique en rhumatologie

Échec du 1er anti-TNF dans la spondyloarthrite axiale : quelle est la meilleure solution ?

La spondyloarthrite axiale (axSpA) est une maladie inflammatoire chronique caractérisée par une arthrite inflammatoire et une enthésite touchant la colonne vertébrale. La prévalence de la SpA axiale est d’environ 0,17 % de la population française (1). L’hétérogénéité de sa prévalence rapportée dans le monde explique l’importance des facteurs environnementaux et génétiques dans cette maladie avec notamment l’haplotype HLA B27, qui est le facteur génétique le plus important. Il existe des caractéristiques cliniques caractéristiques de l’axSpA (2) : douleurs rachidiennes et fessalgies inflammatoires dues à l’inflammation des sacro-iliaques et à des enthésites. L’enthèse est une région anatomique à la jonction du tendon à l’os siège d’une inflammation (3). Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont la pierre angulaire du traitement, mais ne contrôlent pas suffisamment l’inflammation chez tous les patients.

Implication cytokinique dans l’axSpA

Une meilleure connaissance de la physiopathologie de l’axSpA a mis en avant deux familles de cytokines et a permis le développement de biomédicaments ou bDMARDs (biological Disease-
Modifying Antirheumatic Drugs).

Le TNF

La première cible identifiée a été le facteur de nécrose tumorale (TNF). Son ARN messager était fortement exprimé dans les articulations sacro-iliaques des patients ayant une axSpA radiographique (4). Ainsi, les compagnies pharmaceutiques ont testé l’efficacité de leurs inhibiteurs du TNF déjà utilisés dans la polyarthrite rhumatoïde. L’étanercept, la protéine de fusion couplant le récepteur soluble p75 à un fragment Fc d’une IgG1 Fc, et les anticorps monoclonaux (adalimumab, infliximab et golimumab) ou le certolizumab, qui est une protéine de fusion d’un fragment Fab d’un anticorps pégylé, ont tous démontré leur efficacité contre placebo dans une étude randomisée en double aveugle (5-9). Dans les études cliniques, la réponse a été évaluée par le score ASAS avec ASAS20 et 40, ce qui signifie environ 20 et 40 % d’amélioration. En gros, le taux de réponse à l’ASAS20 était d’environ 60 %.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Rhumatos.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles