Résumé
Nous rapportons le cas d’une cryptosporidiose chez une patiente suivie pour un rhumatisme psoriasique et traitée par adalimumab. Très peu de cas de cette parasitose sont rapportés sous biothérapie. Les patients sous anti-TNF alpha constituent des groupes à risque émergent, devant faire évoquer la cryptosporidiose comme cause de diarrhée hydrique dans ce contexte.

Abstract
Diarrhea under anti-TNF alpha: evoke cryptosporidiosis
We report the case of a patient followed for psoriatic rheumatism treated by adalimumab presenting with cryptosporidium. Cases during biologic therapy are seldom reported. Patients suffering from inflammatory rheumatisms needing anti-TNF alpha form a group with emerging risks for such a disease. Therefore, they should be tested for cryptosporidium in case of osmotic diarrhea in this context.

Une diarrhée hydrique

Une patiente de 37 ans d’origine caucasienne est suivie pour un rhumatisme psoriasique axial et périphérique diagnostiqué en 2018. Un traitement par adalimumab 40 mg toutes les 2 semaines a été débuté en juillet 2020. Une semaine après l’initiation de cette biothérapie, la patiente a rapporté l’apparition de six épisodes quotidiens de diarrhée aqueuse non glairo-sanglante, avec perte de 5 kg et fièvre. Lors de son hospitalisation 1 mois après la première injection d’adalimumab, il a été observé la persistance de diarrhée hydrique, sans signe de déshydratation, sans anomalie à l’examen abdominal ni fièvre.
Elle présentait un syndrome inflammatoire biologique (CRP 16,5 mg/l) sans hyperleucocytose, un bilan hydroélectrolytique normal, une cytolyse hépatique (ASAT 55 UI, ALAT 50 UI). Les PCR Whipple et les sérologies VIH, VHB, VHC se sont révélées négatives, les hémocultures et les coprocultures étaient stériles. Les examens endoscopiques et le scanner abdominopelvien étaient sans particularité.
L’examen parasitologique des selles a mis en évidence la présence d’oocystes de Cryptosporidium.
Nous n’avons pas retrouvé de facteur favorisant environnemental (contact avec des ruminants, voyage en zone d’endémie, autres cas de diarrhée dans le foyer familial).
Un traitement par nitazoxanide 500 mg deux fois par jour a été initié, arrêté par la patiente elle-même à 7 jours pour coloration orange des urines. Un EPS de contrôle montrait la persistance d’une cryptosporidiose, elle a donc été traitée de nouveau par nitazoxanide pour une durée totale de 14 jours. L’ensemble de la symptomatologie s’est amendé et une nouvelle biothérapie a été initiée par étanercept 1 mois après sans complication et sans récidive de troubles digestifs.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Rhumatos.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles