l'expertise pratique en rhumatologie

Corticothérapie à faible dose dans la polyarthrite rhumatoïde

10 raisons pour ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain !

La corticothérapie a été un progrès thérapeutique majeur, et une révolution dans les années 1950 pour les patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde (PR). Il s’agit encore du traitement de référence dans les maladies de Horton et les PPR, et elle continue à sauver des vies dans de nombreuses situations, même si l’ancienneté de la molécule fait qu’on ne parle plus à son propos de traite- ment “miraculeux”. Au contraire, et depuis quelque temps, la corticothérapie fait l’objet d’un dénigrement qui pourrait devenir excessif, en particulier dans le contexte des PR où sa poursuite à (très) faibles doses pourrait avoir bien plus d’avantages que d’inconvénients, surtout dans les formes débutantes ou sévères, comme rappelé par plusieurs publications récentes (1-3).

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Rhumatos.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles