ACR 2017 : Traitement par hydroxychloroquine et troubles visuels

ACR 2017 : Traitement par hydroxychloroquine et troubles visuels

Vous devez avoir un compte validé sur le site de la revue Rhumatos. .


Abonnez-vous à la revue !
Accès complet aux sites Internet santé : Archives des revues, lecture en ligne, contenus réservés


Inscrivez-vous gratuitement
Accès restreint aux sites Internet santé sans un abonnement à une revue !

L’hydroxychloroquine (HCQ) ou Plaquenil° (aux USA comme en France) est le traitement pivot du lupus et un DMARD synthétique utile dans le traitement de la PR. Sa toxicité est faible ce qui le rend utilisable durant la grossesse.

Une crainte des malades et des médecins est liée à sa rare toxicité rétinienne. Celle-ci est le plus souvent due à l’accumulation du médicament pendant de nombreuses années. Une métanalyse présentée en poster ce mardi (Abstract 1964) laisse entendre que selon les séries, l’âge et l’insuffisance rénale sont des facteurs favorisants.
Mais tous les “troubles visuels” rapportés par les patients parfois dès les premiers mois de traitement ne sont pas dus à l’HCQ ! Loin s’en faut.
C’est l’intérêt du travail du Dr Singh de montrer que les “troubles visuels” des patients sous HCQ ne sont pas dus à ce médicament mais à d’autres causes (troubles de la réfraction), œil diabétique entre autres. Les 3 cas de rétinopathie ont été découverts lors de la surveillance systématique chez des patients asymptomatiques ! Si l’âge n’est pas au rendez-vous, la durée de traitement au-delà de 8-10 ans est le principal facteur associé.
Le deuxième point est la dose à adapter au poids : aux Etats-Unis, désormais sous l’égide de l’American Academy of Ophtalmologie, la dose doit être ajustée à 5 mg/kg de poids. Nous sommes loin des 6,5 mg/kg d’antan. Il reste à vérifier que ces patients seront bien dans la zone thérapeutique car le dosage d’HCQ existe, en France tout au moins (non remboursé). Le suivi doit comporter un champ visuel automatisé et un OCT à la mise en route à partir de la 5e année de traitement continu de façon annuel.
Un autre rappel de ce poster concerne la toxicité associée avec le tamoxifène (TMX), traitement hormonal adjuvant du cancer du sein RH+ : la survenue d’un trou maculaire au TMX après plus de 2-3 ans de traitement continu ! Cette rétinopathie est pourtant décrite depuis des décennies mais méconnues des rhumatologues. Une association TMX-HCQ à connaitre pour renforcer la surveillance ophtalmologique.

Actualité par Pr Frédéric Lioté

 

 

Référence
Singh D, Muhieddine L, Einstadter D, Ballou S. Prevalence of Blindness in a Cohort of Rheumatologic Patients Treated with Hydroxychloroquine [abstract]. Arthritis Rheumatol. 2017; 69 (suppl 10).

Autres références
Jorge A, Rai SK, Choi HK. The Risk of Hydroxychloroquine Toxic Retinopathy and Its Risk Factors in the Treatment of Rheumatic Diseases: A Systematic Review [abstract]. Arthritis Rheumatol. 2017; 69 (suppl 10).

Couturier A, Giocanti-Aurégan A, Dupas B, Girmens JF, Le Mer Y, Massamba N, Barreau E, Audo I; DHU Vision, and Handicap task force rétine. Mise à jour des recommandations pour le dépistage de la rétinopathie à l’HCQ [Update on recommendations for screening for hydroxychloroquine retinopathy]. J Fr Ophtalmol 2017;40:793-800.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire