l'expertise pratique en rhumatologie
 

Spondyloarthrites féminines : quelles particularités ? Diagnostic, thérapeutiques…

Résumé
La spondylarthrite ankylosante (SA) est une pathologie touchant classiquement les hommes jeunes. Les critères ASAS permettent de distinguer les spondyloarthrites (SpA) axiales (SpA Ax) des formes périphériques. Les SpA Ax se subdivisent par ailleurs en formes radiographique (SA) et non radiographique (Spa Ax nr). À l’inverse de la SA, le sex ratio des SpA Ax nr tend à être équilibré. Les formes féminines de SpA Ax présentent par ailleurs certaines particularités sur le plan clinique, radiographique, physiopathologique, mais également concernant la réponse thérapeutique. Le profil de production des cytokines (TNFα, IL-17A) et certains marqueurs génétiques diffèrent entre hommes et femmes. Les SpA féminines sont diagnostiquées avec un délai plus long comparativement aux hommes. La présentation clinique comporte une atteinte cervicale, des arthrites périphériques, des douleurs diffuses, des enthésites et dactylites et aussi certaines manifestations extra-articulaires comme le psoriasis et les entéropathies inflammatoires. L’activité de la maladie selon le score BASDAI est souvent plus élevée chez les femmes, mais pas selon le score ASDAS. En revanche, l’atteinte radiographique est moins sévère chez les femmes. Enfin, la réponse aux anti-TNFα est moins bonne chez les SpA féminines comparativement à celle observée chez les hommes. Ces spécificités sont à connaître pour éviter un retard de diagnostic.
La prise en charge des SpA Ax féminines nécessite des connaissances supplémentaires en termes d’évolution naturelle de la maladie et des critères de réponse aux différents traitements utilisés dans le cadre des SpA Ax.

Abstract
Female spondyloarthritis: what peculiarities?
Ankylosing spondylitis (AS) is classically a disease affecting young men. The ASAS criteria distinguish between axial spondyloarthritis (SpA Ax) and peripheral forms. The SpA Ax are further subdivided into radiographic (AS) and non-radiographic (Spa Ax nr) forms. In contrast to AS, the sex ratio of SpA Ax nr tends to be balanced. The female forms of SpA Ax also show some clinical, radiographic and physiopathological peculiarities, but also concerning the therapeutic response. The production profile of cytokines (TNFα, IL-17A) and some genetic markers differ between men and women. Female SpA is diagnosed with a longer delay compared to men. The clinical presentation includes cervical involvement, peripheral arthritis, diffuse pain, enthesitis and dactylitis and also some extra-articular manifestations such as psoriasis and inflammatory enteropathies. The activity of the disease according to the BASDAI score is often higher in women, but not according to the ASDAS score. In contrast, radiographic involvement is less severe in women. Finally, the response to anti-TNFα is less good in female SpA compared to that observed in men. These specificities are known to avoid a delay in the diagnosis. The management of female SpA Ax requires additional knowledge in terms of the natural evolution of the disease and the criteria for responding to the different treatments used in the SpA Ax.

Introduction

Les spondyloarthrites (SpA) regroupent différentes pathologies ayant des caractéristiques cliniques, immunogénétiques et radiographiques communes, le chef de file étant la spondylarthrite ankylosante (SA). Les SpA sont désormais subdivisées en formes axiales (SpA Ax) et périphériques.

Prédominance masculine…

La prédominance masculine de la SA est bien connue et a été rapportée dès les premières descriptions de la maladie. Ainsi, le sex ratio homme/femme décrit initialement pour la SA était de 9/1, pour se rapprocher d’un ratio de 3/1 dans les séries plus récentes (1).

Toutefois, avec l’individualisation des SpA Ax selon les critères de l’ASAS et la description des formes non radiographiques (SpA Ax nr), il a été constaté un pourcentage équivalent de femmes et d’hommes dans ces formes considérées comme étant d’évolution plus récente (2). Il persiste cependant une prépondérance masculine dans les SpA Ax avec atteinte radiographique des sacro-iliaques (c’est-à-dire la SA), indiquant que les hommes sont plus susceptibles d’évoluer vers une ankylose des sacro-iliaques comparativement aux femmes. Ces données suggèrent donc des différences entre hommes et femmes au sein du groupe des SpA (1).

…Conséquences féminines

Cette notion de prédominance masculine dans la SA et les SpA a certaines conséquences : cela peut induire un retard dans le diagnostic, le clinicien étant moins enclin à évoquer une SpA chez une femme. Les grandes séries de SA comportent essentiellement des hommes, ce qui limite les connaissances sur l’évolution naturelle des formes féminines. Enfin, la réponse aux traitements selon le sexe n’est pas systématiquement analysée dans les essais cliniques et nous disposons ainsi de peu de connaissances sur cette question.

La lecture de ce dossier est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez ce dossier

Ajoutez ce dossier à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Rhumatos.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles