Les JAK inhibiteurs en vie réelle : les résultats des registres

Résumé
Les inhibiteurs de JAK sont une nouvelle classe thérapeutique pour le traitement de rhumatismes inflammatoires comme la polyarthrite rhumatoïde dont l’efficacité et la tolérance ont été clairement démontrées dans un grand nombre d’études pivots. Les données de ces études sont toutefois difficilement extrapolables à la population générale des patients ciblés par ces médicaments. Les données de vraie vie ont un intérêt majeur dans le suivi post-marketing des nouveaux médicaments. Outre une meilleure représentativité, elles apportent des informations complémentaires concernant la tolérance, le maintien ou encore l’efficacité relative. Dans cet article, nous abordons les résultats des principales sources de données de vie réelle, notamment les registres. Nous soulignons ainsi l’importance de la création d’un registre français sur l’utilisation des inhibiteurs de JAK.

Abstract
JAK inhibitors in real life
JAK inhibitors are a new therapeutic class for the treatment of inflammatory rheumatism such as rheumatoid arthritis whose efficacy and safety have been clearly demonstrated in a large number of pivotal studies. However, data from these studies are difficult to extrapolate to the general population of patients targeted by these drugs. Real-world data (RWD) are of major interest in the post-marketing follow-up of new drugs. In addition to being more representative, they provide additional information concerning tolerance, maintenance and relative efficacy. In this article, we discuss the results of the main sources of RWD, in particular registries. We thus underline the importance of the creation of a French registry on the use of JAK inhibitors.

Les inhibiteurs de JAK

Introduction

Le traitement de la polyarthrite rhumatoïde (PR) vise à obtenir une rémission clinique rapide et durable. Pour atteindre cet objectif, les rhumatologues disposent de plusieurs lignes thérapeutiques. Les traitements de fonds synthétiques ciblés (tsDMARD) sont venus grossir récemment les rangs de cet arsenal (1). Les chefs de file de cette nouvelle classe thérapeutique sont les JAKi (JAKi) avec, en France, la mise sur le marché en 2017 du baricitinib puis rapidement du tofacitinib et plus récemment en 2020 de l’upadacitinib (2). Avec les bDMARDs, nous avions pris l’habitude de cibler spécifiquement des cytokines comme le TNF ou l’IL-6 réputées pour être impliquées dans la physiopathologie de la PR. Les JAKi ont un effet en aval de la fixation des cytokines sur leurs récepteurs entraînant une modulation, plus qu’une inhibition complète, d’un grand nombre de leurs fonctions. En effet, la liaison des cytokines sur leurs récepteurs active les JAK, qui consistent en quatre tyrosine kinases cytoplasmiques, à savoir JAK1, JAK2, JAK3 et la tyrosine kinase 2 (TYK2). Les JAK activées activent les membres de la famille STAT qui se transloquent dans le noyau et régulent l’expression des gènes (3). Divers complexes JAK sont connus pour servir de médiateurs dans des voies de signalisation distinctes des cytokines. Par exemple, JAK1 et JAK2 sont les médiateurs de la signalisation de plusieurs cytokines, telles que l’IL-6 et les interférons. Il est important de comprendre le pléiotropisme de cette action pour mieux appréhender les possibilités en termes d’efficacité mais aussi de tolérance des JAKi (4).

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Rhumatos.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles