L’activité physique dans la polyarthrite rhumatoïde : Rien ne sert de courir, il faut partir à point

PARTIE 1 : Cet article est le premier d’une série dédiée à l’activité physique dans les pathologies rhumatismales.

En ces temps confinés, évadons-nous un peu avec un état des lieux de l’activité physique chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde.

Résumé
L’activité physique chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde a de multiples effets bénéfiques, qui ne se limitent pas à une amélioration des capacités fonctionnelles. Sur le plan général, elle permet une diminution du risque cardiovasculaire, du niveau d’inflammation, et à long terme améliore également la composition corporelle. Elle a un effet bénéfique également sur les symptômes associés à la maladie, tels que l’asthénie, la douleur, la qualité de vie. L’objectif de cet article est de faire un état des lieux de l’activité physique chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, et de revoir les recommandations d’activité physique dans cette population.

Abstract
Physical activity in rheumatoid arthritis
Physical activity is known to improve symptoms of rheumatoid arthritis, such as functional capacities, fatigue, pain. It also reduces the impact of systemic manifestations such as cardiovascular risk, inflammation, and in a long-term approach, has an action on body composition. The objective of this article is to review the effects of physical activity on rheumatoid arthritis, and also to describe the specificities of physical activity in this population.

État des lieux

Activité physique, sédentarité

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’activité physique est définie comme tout mouvement lié à l’activité des muscles et qui va induire une dépense énergétique supérieure à la dépense énergétique de repos. Cela signifie que dès que nous sommes debout et que nous bougeons, nous avons une activité physique et que le sport n’est qu’un aspect de l’activité physique. L’OMS recommande 30 minutes d’activité physique à intensité modérée (ex : marcher d’un pas vif, danser, travaux ménagers, etc.), cinq fois par semaine ou 75 minutes d’activité physique de forte intensité (ex : courir, vélo ou nage à vive allure, etc.) ou un mélange des deux. La sédentarité, définie par le temps passé assis en période d’éveil, est un comportement distinct de l’activité physique. Elle est aussi un facteur indépendant de mortalité qui se combine à l’inactivité physique.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Rhumatos.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles