JNR 2017 – Quelles sont les hormones importantes dans l’ostéoporose ?

Michel Bodin : Pouvez-vous synthétiser votre exposé sur les hormones dans l’ostéoporose ?

Véronique Breuil : En fait, il m’a paru important d’insister sur les substances qui interviennent comme traitements de l’ostéoporose. Au premier rang de celles-ci, on trouve bien entendu la vitamine D, probablement le traitement le plus prescrit au monde dans l’ostéoporose. La vitamine D agit par l’intermédiaire du récepteur nucléaire à la vitamine D, par voie génomique et non génomique. Elle joue un rôle essentiel dans le processus de minéralisation de la matrice osseuse, augmente l’absorption intestinale du calcium, diminue la PTH, mais intervient également dans la régulation de la sécrétion de RANK-L par les ostéoblastes qu’elle stimule.

M.B. : Vous avez aussi longuement évoqué les œstrogènes.

V.B. : En effet, c’est véritablement le début de l’histoire de l’ostéoporose. La première publication date de 1940, présentée par Fuller Albright, où il évoque pour la première fois la relation entre le déclin en œstrogènes et le développement de l’ostéoporose. C’est ce qui va conduire au développement du premier traitement de l’ostéoporose, le traitement hormonal. Ces travaux ont permis de démontrer qu’à la ménopause, la chute en œstrogène est responsable d’une perte de masse osseuse importante. Le traitement hormonal substitutif prévient cette perte osseuse et réduit le risque de fracture ostéoporotique. De ce fait, la prescription du traitement par les œstrogènes a été extrêmement répandue, jusqu’à la publication de l’étude WHI. Cette étude a démontré de manière indiscutable l’efficacité anti-fracturaire des œstrogènes aussi bien sur les fractures vertébrales que périphériques (incluant la hanche). Hélas, la mise en évidence d’une augmentation des accidents cardiovasculaires dans cette étude a marqué un coup de frein énorme à sa prescription, alors même que ce surrisque semble être en rapport avec le type de traitement hormonal utilisé dans cette étude (mais le débat serait trop long pour en discuter ici).

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Rhumatos.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles