l'expertise pratique en rhumatologie

JNR 2017 – Les nouveaux biomarqueurs dans l’arthrose

Du neuf dans l’arthrose : traitements, nouveaux biomarqueurs et perspectives
D’après une communication du Dr Jérémie Sellam (Paris)

Le traitement de l’arthrose comporte des traitements pharmacologiques et non pharmacologiques, et des méthodes chirurgicales.
Le retentissement de l’arthrose, notamment des membres inférieurs, est considérable quand on sait qu’entre 2005 et 2030, aux États-Unis, on a estimé que la demande de prothèse totale de hanche (PTH) augmenterait de 174 % et celle de la prothèse totale de genou (PTG) de 673 %.
On manque cruellement de traitements innovants ou en voie de développement dans l’arthrose en comparaison avec l’arsenal thérapeutique des maladies inflammatoires. Plusieurs raisons sont invoquées : cibles inopérantes, sélection des patients et critères d’évaluation inadaptés.
Si le diagnostic d’arthrose est facile, les biomarqueurs, qu’ils soient biologiques ou tirés de l’imagerie, peuvent être utiles pour plusieurs raisons : diagnostic positif précoce, diagnostic de sévérité (recours à la prothèse, potentiel de progression), marqueur de substitution (réponse dans les essais cliniques), prédiction de la réponse au traitement, compréhension de la physiopathologie, identification de nouvelles cibles thérapeutiques.
Le processus arthrosique commence 20 ans avant l’apparition du pincement articulaire, comportant plusieurs stades : moléculaire (biomarqueurs), préradiographique (IRM, scanner, échographie), radiographique (pincement), prothétique. Le challenge est d’identifier précocement les patients à risque de progression clinique et/ou structurale. Il y a aussi un parallélisme entre le développement d’un biomarqueur et le développement d’un médicament (lier un biomarqueur à un critère d’évaluation d’une molécule, identification des répondeurs et des non répondeurs, des patients à risque…). Les biomarqueurs peuvent être classés (BIPED) selon leur intérêt (morbidité, enquête, diagnostic, pronostic, efficacité du traitement). Les études concernant les biomarqueurs dans l’arthrose diffèrent selon leurs approches (physiopathologie, technologies omiques, exploratoires, performances).

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Rhumatos.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles