ACR 2017 : Le risque d’infection sévère sous biothérapies augmente avec le...

ACR 2017 : Le risque d’infection sévère sous biothérapies augmente avec le nombre de comorbidités

Vous devez avoir un compte validé sur le site de la revue Rhumatos. .


Abonnez-vous à la revue !
Accès complet aux sites Internet santé : Archives des revues, lecture en ligne, contenus réservés


Inscrivez-vous gratuitement
Accès restreint aux sites Internet santé sans un abonnement à une revue !

Une comorbidité, ça va, plus de 2 comorbidités, bonjour les dégâts ! Le risque d’infection sévère sous biothérapie augmente avec le nombre de comorbidités

Les collègues de Rouen ont observé une relation entre le nombre de comorbidités au sens large et le risque de survenue d’une infection sévère dans les deux années suivant la prescription d’une première biothérapie, qu’il s’agisse d’un agent anti-TNF (75 % des cas) ou d’un autre mode d’action.
Plus de deux comorbidités sont associées de façon significative à un risque d’infection sévère, en particulier
L’intérêt est de montrer que ce risque est indépendant de l’âge et de la corticothérapie, voire de l’activité de la PR.
Conséquence pratique : méfiance certes, mais qui ne doit pas empêcher de prescrire une biothérapie utile (versus la trithérapie).

Actualité par le Pr Frédéric Lioté

Référence
Poster 528 – Poster tour du dimanche

Aucun commentaire

Laisser un commentaire