Site professionnel spécialisé en Rhumatologie

Points-clés des communications concernant le rhumatisme psoriasique
1. Le guselkumab (anti-IL-23p19) a fait la preuve de son efficacité dans le rhumatisme psoriasique avec réponse inadéquate ou intolérance aux anti-TNF (COSMOS).
2. Le risankizumab (anti-IL-23p19) a fait la preuve de son efficacité dans le rhumatisme psoriasique avec réponse inadéquate ou intolérance aux csDMARDs ou bDMARDs (KEEPsAKE 2).
3. Le sécukinumab (anti-IL-17A) et l’adalimumab (anti-TNF) ont une efficacité comparable sur la résolution complète ou la cinétique de résolution des enthésites dans le rhumatisme psoriasique (EXCEED).
4. La tolérance de l’ixékizumab (anti-IL-17A) à long terme ne révèle pas de nouveau signal dans le rhumatisme psoriasique (SPIRIT-P1-P2-P3 et SPIRIT-H2H).
5. Le deucravacitinib (TYK2i) a fait la preuve de son efficacité dans le rhumatisme psoriasique (phase 2).

1 Quelle efficacité du guselkumab (anti-IL-23p19) dans le rhumatisme psoriasique avec réponse inadéquate ou intolérance aux anti-TNF (COSMOS) ?

L’efficacité et la tolérance du guselkumab (anti-IL-23p19) ont été évaluées chez des patients atteints d’un rhumatisme psoriasique actif, avec réponse inadéquate ou intolérance à un ou deux anti-TNF, dans une étude de phase 3b (COSMOS).
Les patients (n = 285) ont reçu des injections SC de guselkumab (100 mg à l’inclusion, à 4 semaines, puis toutes les 8 semaines) pendant 44 semaines ou de placebo pendant 24 semaines (switch placebo/guselkumab à partir de la 24e semaine).
À 24 semaines, les taux de répondeurs ACR20 (critère principal) étaient supérieurs dans le groupe guselkumab comparativement au groupe placebo (44 % vs 20 %, p < 0,001). Le taux de répondeurs ACR20 se majorait à 48 semaines (58 %) chez les patients du groupe guselkumab (Fig. 1).
À 24 semaines, l’amélioration du score de qualité de vie (HAQ-DI) était meilleure dans le groupe guselkumab que dans le groupe placebo (-0,18 vs -0,01, p = 0,003). L’amélioration du score de qualité de vie HAQ-DI se majorait à 48 semaines (-0,40) chez les patients du groupe guselkumab (Fig. 2).
À 24 semaines, les taux de résolution complète des enthésites sur l’indice LEI (40 % vs 19 %) ou des dactylites sur le score DSS (45 % vs 25 %) étaient quantitativement supérieurs dans le groupe guselkumab comparativement au groupe placebo. Les taux de résolution complète des enthésites (56 %) ou des dactylites (67 %) se majoraient à 48 semaines chez les patients du groupe guselkumab (Fig. 3).

La lecture de cet article est réservée aux professionnels connectés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Rhumatos.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles