Site professionnel spécialisé en Rhumatologie

Un Eular parisien, ou presque

Chère lectrice, cher lecteur,
Nos confrères du monde entier ont sans doute regretté vivement de ne pas venir à Paris pour ce congrès qui s’est une fois de plus déroulé en distanciel, mais nous espérons que ce n’est que partie remise ! Nos experts se sont néanmoins attachés à donner un reflet fidèle de l’avancée des travaux dans les différents aspects de notre belle spécialité. Augustin Latourte nous fait part de diverses communications dans l’arthrose, avec en particulier des résultats d’apparence paradoxale sur le risque de prothèse de genou et de hanche dans les suites de chirurgie bariatrique, et quelques pistes thérapeutiques innovantes. La goutte fait l’objet de nouvelles études sur l’association avec le risque de mortalité de différentes causes, mais aussi précisant la cinétique de disparition des cristaux sous traitement hypo-uricémiant (THU) ou les raisons d’arrêt du THU, telles que mentionnées par Hang Korng Ea. Daniel Wendling s’est intéressé, entre autres, aux différences de caractéristiques entre spondyloarthrite axiale et rhumatisme psoriasique axial selon les données du registre CORRONA, et celles observées entre les profils de patients atteints de spondyloarthrite axiale bénéficiant d’un premier traitement par TNF inhibiteur à 20 ans de distance. Dans le rhumatisme psoriasique, Arnaud Constantin nous fait part des études les plus récentes d’efficacité thérapeutique d’anti-IL-17 et anti-IL-23 chez des patients insuffisamment répondeurs aux TNF inhibiteurs, et également des résultats du deucravacitinib, un anti-TYK2 à prise orale. Les études épidémiologiques dans la polyarthrite rhumatoïde ont été analysées par Éric Toussirot, avec en particulier des résultats très intéressants sur le risque de Covid-19 grave en fonction des traitements, tandis que Jacques Morel nous offre des données thérapeutiques récentes dans cette pathologie, avec un focus sur le nintedanib dans la pneumopathie interstitielle diffuse, et revient sur le risque de gravité du Covid-19 en cas de traitement par rituximab. Marc Scherlinger, quant à lui, rapporte les travaux visant à l’élaboration d’une cible thérapeutique dans le lupus permettant d’appliquer le treat-to-target, et d’une étude montrant l’intérêt de l’association du belimumab avec le rituximab pour le contrôle de la maladie. Bonne lecture !

La lecture de cet article est réservée aux professionnels connectés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Rhumatos.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles