EULAR 2020 : TOP 5 Arthropathies microcristallines

Ce congrès de l’EULAR 2020 a su rebondir face à la pandémie et proposer à la communauté les communications scientifiques distancielles. Cependant, espérons qu’il n’augure pas une nouvelle conception des réunions scientifiques où la rencontre avec les collègues internationaux constitue une réelle émulation et permet des collaborations étroites.

Sur le plan scientifique, les communications sur les arthropathies microcristallines ont apporté des données intrigantes, suggérant une association forte entre les événements cardiovasculaires et l’introduction d’un traitement hypouricémiant (THU), la présence d’une variation saisonnière des crises de goutte et la présence fréquente de cristaux de pyrophosphate de calcium au sein des tophus. En prophylaxie, une faible dose de colchicine à 0,5 mg/jour est aussi efficace qu’une dose de 1 mg/jour. Enfin, des nouvelles pistes thérapeutiques sont présentées avec en particulier les résultats très prometteurs sur un nouvel uricosurique puissant permettant une diminution de plus de 70 % de l’uricémie basale après une semaine de traitement.

1 – Les événements cardiovasculaires chez des patients goutteux seraient en partie liés à des crises cardiovasculaires déclenchées par des cristaux d’urate de sodium

Les données de l’étude CARES publiées en 2018 suggèrent que le traitement hypouricémiant (THU) par fébuxostat augmente la mortalité globale et la mortalité cardiovasculaire par rapport au THU par allopurinol (1). Chez des patients avec des antécédents de maladies cardiovasculaires ou d’infarctus de myocarde, le traitement par fébuxostat augmentait de 34 % la mortalité cardiovasculaire par rapport à un traitement par allopurinol. Les analyses post-hoc de cette étude montraient que les décès étaient surtout observés dans les périodes qui suivaient l’arrêt du THU. Ainsi, le taux de mortalité dans les 30 jours suivant l’arrêt de l’allopurinol était 40,3 fois plus important que le taux de mortalité pendant la période du traitement. De même, l’arrêt du fébuxostat était associé à un taux de mortalité de 39,4 fois supérieur par rapport au taux de mortalité observé sous traitement (2). Or des études récentes suggèrent la présence de cristaux d’urate dans les parois des vaisseaux. L’hypothèse de ces auteurs était que les événements cardiovasculaires observés sous THU pourraient, au moins en partie, correspondre à des crises vasculaires déclenchées par les cristaux déposés dans les vaisseaux. Pour vérifier cette hypothèse, ils ont étudié de façon rétrospective leur base de données nationale qui recouvre 97 % de la population du pays (Corée du Sud). Les patients qui avaient initié un THU (allopurinol ou fébuxostat) étaient inclus dans l’étude. Ils ne devaient pas être traités par THU dans les 120 mois précédant la date d’initiation du THU (date index). L’incidence des événements cardiovasculaires (infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, hémorragie cérébrale) pendant 2 ans précédant et suivant l’initiation du THU a été calculée. 113 853 patients goutteux ont été inclus, 85 % étaient âgés entre 40 et 79 ans et 84,6 % étaient des hommes. L’incidence des événements cardiovasculaires était huit fois plus élevée dans la période qui encadrait la date d’initiation du THU (2 mois avant et 2 mois après) par rapport aux périodes qui précédaient ou qui suivaient l’initiation du THU (Fig. 1).

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Rhumatos.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles