l'expertise pratique en rhumatologie

EULAR 2019 – La sélection des 10 communications présentées par les jeunes rhumatologues français

Lors de ce congrès, les jeunes rhumatologues français (internes, chefs de clinique ou assistants) ont présenté pas moins de 14 communications orales et 36 posters ! Voici une sélection des 10 travaux qui ont le plus retenu notre attention. La section Rhumatologues en formation (REF) était présente au congrès.

Arthrose

1. Le méthotrexate dans l’arthrose digitale érosive : pas d’effet sur les symptômes, mais évite les érosions ?

Stéphanie Ferrero, interne à Paris, est la première auteure d’une étude randomisée contrôlée contre placebo en double aveugle évaluant l’efficacité du métho-trexate 10 mg par semaine chez 64 patients ayant une arthrose digitale érosive réfractaire aux traitements antalgiques et aux AINS. Il n’y avait pas de différence significative entre le méthotrexate et le placebo pour l’évolution de la douleur à 3 et à 12 mois et pour l’évolution fonctionnelle. Par contre, chez les patients traités par méthotrexate, les articulations présentant un pincement semblent moins évoluer vers l’érosion (différence non significative).

• Ferrero S, Wittoek R, Allado E et al. Methotrexate in patients with hand osteoarthritis refractory to analgesics: a randomised, double-blind, placebo controlled trial. Eular 2019 ; OP0175.

Traitements des rhumatismes inflammatoires chroniques

2. Que devient le méthotrexate lorsque l’on démarre une biothérapie pour une polyarthrite rhumatoïde ?

Adrien Tonione, interne à Lille, a présenté un poster sur l’usage du méthotrexate après l’initiation d’une première biothérapie dans la polyarthrite rhumatoïde. Il s’agit d’une étude rétrospective multicentrique incluant 409 patients traités pour une polyarthrite rhumatoïde par méthotrexate (dont 48 % par voie sous-cutanée) lors de l’initiation d’une biothérapie (anti-TNF dans 70 % des cas). À l’initiation de la biothérapie, la plupart des prescriptions de méthotrexate sont inchangées (93 %) et après un suivi de 2 ans, dans 49,9 % des cas la dose a été diminuée, et arrêtée dans 2,9 % des cas.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Rhumatos.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles