David et Marat : quand un médecin et un peintre font de la politique

Le 13 juillet 1793, Charlotte Corday poignarde Jean-Paul Marat dans sa baignoire, à son domicile de la rue de l’École de Médecine. L’émotion est immense, car la France révolutionnaire est dans une période critique : Louis XVI a été exécuté le 21 janvier 1793, les Montagnards ont renversé les Girondins au printemps, pratiquement toute l’Europe monarchique est coalisée contre la France républicaine, et la contre-révolution gronde en Vendée, à Nantes, Angers, Lyon, Marseille, et Toulon. La Convention passe immédiatement commande à David d’un tableau destiné à commémorer l’assassinat de l’Ami du peuple.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Rhumatos.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles