Site professionnel spécialisé en Rhumatologie

Agents anti-IL-17, spondylo­arthrites et survenue d’une maladie inflammatoire chronique intestinale : Effet paradoxal ou évènement attendu ?

Résumé

Les spondyloarthrites axiales (SpA Ax) s’associent à des manifestations extra-articulaires dont des maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI). Cette association relève d’une physiopathologie mettant en jeu l’axe intestin-articulation avec l’intervention de facteurs génétiques et d’environnement, notamment des modifications du microbiote. Deux classes d’agents biologiques sont actuellement disponibles pour les SpA Ax : anti-TNFα et anti-interleukine-17A (IL-17A). L’IL-17 est impliquée dans la physiopathologie des SpA mais aussi des MICI, contribuant aux phénomènes inflammatoires. Le développement des anti-IL-17 dans les MICI s’est soldé par une interruption des essais du fait d’une aggravation des lésions digestives. L’IL-17 semble donc jouer un rôle plus protecteur que pro-inflammatoire au niveau de la muqueuse digestive. Compte-tenu de la fréquence de l’association SpA-MICI, il se pose donc la question de la possible induction/aggravation d’une MICI sous anti-IL-17 chez un patient ayant une SpA Ax, sans MICI ou avec une MICI déjà connue. Les données des essais cliniques de phase 3, des méta-analyses ainsi que ceux de la pharmacovigilance indiquent que ces évènements sont possibles mais rares. Ils concernent surtout les patients avec une SpA Ax, ce type d’évènement ayant également été décrit dans les autres indications des anti-IL-17 comme le psoriasis et le rhumatisme psoriasique. Ils surviennent habituellement lors des premiers mois du traitement. Des recommandations ont été proposées pour guider le clinicien dans la situation de MICI préexistante ou de survenue de signes digestifs sous anti-IL-17.

Introduction

Les spondyloarthrites (SpA) sont subdivisées en formes axiale (SpA Ax) et périphérique. La prise en charge des SpA Ax est bien codifiée avec des recommandations qui sont régulièrement mises à jour, celles de l’Eular datant de 2017 (1). Nous disposons de deux classes d’agents biologiques dans les SpA, anti-TNFα et anti-interleukine 17A (IL-17A), qui sont envisageables après échec des traitements conventionnels, c’est-à-dire AINS pour les SpA Ax, sulfasalazine pour les formes périphériques. 

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Rhumatos.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles