l'expertise pratique en rhumatologie
 

Résumé des 63es Journées du Centre Viggo Petersen : l’actualité rhumatologique 2018

Comme chaque année, ce “feu d’artifice” d’actualités de notre spécialité a fait briller mille étoiles devant nos yeux ! La variété des thèmes abordés, des maladies les plus courantes aux plus rares, des traitements de base aux nouveautés les plus récentes de notre arsenal thérapeutique, permet à chacun d’y trouver son compte, d’approfondir ou d’actualiser ses connaissances. L’évolution et la modernité de la rhumatologie du XXIe siècle ne doivent pas nous faire oublier ce que nous devons à nos prédécesseurs, en particulier aux pionniers qui ont défriché et dessiné les contours des maladies qui nous sont maintenant familières. Marcel-Francis Kahn, dans un exposé qui a conclu ces Journées – Treize précurseurs de la rhumatologie au XIXe siècle –, a fait resurgir dans nos mémoires d’anciens étudiants les noms familiers de “maladies de…”, “syndromes de…” ou “signes de…”, tels Dupuytren, Bouillaud, Lasègue, Bouchard, Valleix ou Jaccoud ! Il a surtout rendu un hommage appuyé à Jean-Martin Charcot, sans doute le plus grand d’entre tous, et dont les apports dans divers domaines ont été décisifs pour l’émergence de la rhumatologie en tant que spécialité médicale.

Polyarthrite rhumatoïde (PR)

Concept de pré-polyarthrite rhumatoïde

La possibilité de détecter des anomalies biologiques auto-immunes (notamment la présence d’anticorps anti-CCP) avant même l’apparition de signes d’arthrite et la démonstration de la pathogénicité de ces anticorps conduisent à élaborer un concept d’“arthralgie cliniquement suspecte” ou “pré-polyarthrite”.
Le concept est séduisant mais il est important de le définir sur des bases rigoureuses intégrant la présence d’anti-CCP :
- arthralgies d’horaire inflammatoire ?
- distribution particulière des atteintes ?
- nombre d’articulations atteintes ?
- parents au 1er degré atteints de PR ?
- pneumopathie (atteinte bronchique ou interstitielle) avec anti-CCP sans symptôme articulaire ?
Le consensus actuel est fixé uniquement sur l’absence d’arthrite clinique, la durée d’évolution de moins d’un an et la présence d’anti-CCP. Une définition univoque est importante d’afin d’éviter tout risque de sur-diagnostic avec la conséquence d’un sur-traitement…
L’intérêt serait évidemment d’intervenir précocement pour éviter le développement ultérieur d’une authentique PR, mais il n’y a à ce jour pas de preuve pour une intervention thérapeutique précoce et la prévention de la PR reste, à ce jour, plus un concept marketing que scientifique…

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Rhumatos.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles