l'expertise pratique en rhumatologie

La prothèse totale du genou : des progrès importants et de qualité

Résumé
L’arthroplastie totale du genou connaît un développement considérable. Ceci est dû à l’augmentation de l’incidence de la gonarthrose.
Le taux de reprise chirurgicale d’une prothèse à 10 ans est inférieur à 5 %. Les résultats fonctionnels ont été incontestablement améliorés grâce à des techniques chirurgicales plus fiables et moins invasives et à une meilleure gestion de la douleur postopératoire.
Cependant, beaucoup de patients n’ont pas la sensation d’une articulation oubliée et 20 % d’entre eux se disent insatisfaits après prothèse totale du genou, soit en raison de la persistance de douleurs, soit en raison d’une fonction qui ne correspond pas à leurs attentes.
Nous verrons les progrès qui ont été faits dans ce domaine ainsi que les pistes de recherche pour améliorer la qualité des résultats des arthroplasties totales du genou.

Abstract: Total knee arthroplasty
Total knee arthroplasty has grown over the year. This is due to the increased incidence of knee osteoarthritis.
The surgical revision rate of a prosthesis at 10 years is less than 5%. Functional outcomes have been unquestionably improved through more reliable and less invasive surgical techniques and improved postoperative pain management.
However, many patients do not have the sensation of a forgotten joint and 20% of patients are dissatisfied after total knee replacement, either because of the persistence of pain or because of a function that does not correspond, to their expectations.
We will see the progress that has been made in this area as well as the research leads to improve the quality of the results of total knee replacements.

Introduction

L’arthroplastie totale du genou est aujourd’hui considérée comme une intervention efficace pour le traitement de la gonarthrose. Les résultats fonctionnels ont été améliorés grâce à des techniques chirurgicales plus fiables, moins invasives, à une meilleure gestion de la douleur post-
opératoire et à l’instauration d’une rééducation précoce.
Parallèlement, l’incidence de la gonarthrose augmente. Les patients sont de plus en plus jeunes et la demande fonctionnelle ne cesse de croître. Ceci peut s’expliquer par l’augmentation progressive de facteurs de risque de l’arthrose dans la population tels que l’obésité, les lésions articulaires post-traumatiques entraînant des déformations des membres et des articulations, l’activité sportive toujours plus intense, et les facteurs occupationnels (et l’amélioration du pouvoir diagnostique).
Cependant, après l’arthroplastie, beaucoup de patients ne retrouvent pas la sensation d’une articulation “oubliée” et jusqu’à 20 % d’entre eux se disent insatisfaits. Pourtant, notre compréhension de l’anatomie et de la biomécanique du genou n’a jamais été aussi satisfaisante et a permis d’améliorer de façon majeure la qualité des résultats de cette intervention.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Rhumatos.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles