l'expertise pratique en rhumatologie

> Le baricitinib, un inhibiteur principalement de Jak 1 et 2, diminue l’activité de la maladie au cours du lupus systémique, notamment les manifestations cutanéo-articulaires.
> L’utilisation d’un vaccin vivant chez les patients atteints d’un lupus systémique peu actif, avec une immunosuppression modérée, est envisageable.
> Les données de la cohorte EUSTAR suggèrent une efficacité clinique du rituximab dans la sclérodermie systémique.
> La greffe de cellules souches adipocytaires permet la cicatrisation d’ulcères digitaux récalcitrants et offre donc un nouvel espoir.
> L’apparition de maladies auto-immunes ou de poussée d’une maladie auto-immune préexistante est associée à une bonne réponse tumorale aux ICIs.

1 Efficacité et tolérance du baricinitib dans le lupus systémique

Le baricitinib fait désormais partie des options thérapeutiques dans la polyarthrite rhumatoïde. Son mode d’action suggère son efficacité potentielle dans d’autres maladies inflammatoires, notamment le lupus systémique. En effet, le blocage de la voie des interférons (I et II), mais aussi de certains facteurs de croissance, pourrait s’avérer efficace dans cette maladie.
Wallace et al. ont présenté les résultats d’une étude de phase II dans le lupus systémique. Le design de cette étude est présenté dans la figure 1.

La lecture de ce dossier est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez ce dossier

Ajoutez ce dossier à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Rhumatos.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles