Site professionnel spécialisé en Rhumatologie

ACR 2021 // TOP 5 Spondyloarthrite axiale : effets et adaptation des traitements biologiques

1 Trajectoires évolutives de l’atteinte structurale axiale radiographique

On connaît peu de choses sur l’histoire naturelle de l’atteinte vertébrale dans la spondylarthrite ankylosante (SA). L’objectif de ce travail était d’identifier des modèles distincts d’évolution de l’atteinte vertébrale au fil du temps et d’étudier les facteurs cliniques associés.
Les données ont été analysées à partir de la cohorte Prospective Study of Outcomes in Ankylosing Spondylitis (PSOAS). Tous les patients répondaient aux critères modifiés de New York pour la SA, et avaient au moins deux séries de radiographies notées par le score mSASSS, lues par un rhumatologue local et un radiologue central entre 2002-2017. La modélisation de trajectoire basée sur le groupe (GBTM) a été utilisée pour classer les patients dans des groupes distincts de mSASSS longitudinal en tenant compte des covariables sociodémographiques et cliniques. Le modèle de trajectoire optimal et le nombre de trajectoires ont été sélectionnés en utilisant un critère d’information bayésien.
Un total de 561 patients avec 1 618 radiographies a été analysé. Le nombre optimal de groupes de trajectoires identifiés était de quatre. Ces groupes ont ensuite été classés comme suit :
- non-progresseurs (204 patients, 37 % du total),
- progresseurs tardifs (147, 26 %),
- progresseurs précoces (107, 19 %)
- et progresseurs rapides (103, 18 %) (Fig. 1).


Les facteurs prédictifs de base associés à des groupes de maladies rachidiennes plus importants comprenaient :
- le sexe masculin,
- une plus longue durée de la maladie
- et des antécédents de tabagisme.
De plus, des niveaux élevés de protéine C-réactive variant dans le temps (eCRP) étaient positivement associés à des groupes de progression de la maladie plus élevée, et l’utilisation d’anti-TNF était associée à une diminution de la progression du mSASSS dans le groupe des progresseurs rapides.
Cette étude a identifié quatre modèles majeurs de progression de l’atteinte rachidienne dans la cohorte PSOAS. Le sexe masculin, une plus longue durée de la maladie, l’eCRP et le tabagisme étaient associés à des groupes de maladie spinale plus élevés. Une confirmation indépendante dans d’autres cohortes de SA est nécessaire pour confirmer ces modèles radiographiques.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Rhumatos.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles