Activité physique et arthrose des membres inférieurs : franchir le pas

Résumé
L’activité physique est au cœur des recommandations internationales pour la prise en charge de l’arthrose des membres inférieurs. Elle trouve sa place en première ligne de traitement, chez tous les patients, et doit être « adaptée » : aux capacités du patient, à son état de santé, à son profil psychologique, à son vécu… En effet, il existe un niveau de preuve élevé que l’activité physique améliore les douleurs et la fonction, mais aussi la qualité de vie des patients avec arthrose des membres inférieurs. La prescription d’une activité physique reste néanmoins encore assez marginale, et seule une minorité de patients avec arthrose pratique une activité physique régulière. Cela provient de freins liés soit à un manque de soutien de la part des soignants, soit à des idées reçues concernant les « risques » potentiels de l’activité physique sur les articulations. Pourtant, la plupart des études évaluant l’effet de sports comme la course à pied sur les articulations sont rassurantes. Il est possible qu’une relation en « U » explique les effets des contraintes mécaniques sur le cartilage : la sédentarité comme une activité extrême (chez les athlètes professionnels par exemple) seraient tout aussi délétères. Cet article fait le point sur les dernières données de la littérature à ce sujet, pour fournir des éléments de réponse aux patients et les aider à franchir le pas de l’activité physique.

Abstract
Physical activity and osteoarthritis of the lower limbs
Physical activity is at the heart of international recommendations for the management of osteoarthritis of the lower limbs. It finds its place in the first line of treatment, in all patients, and must be «adapted»: to the patient’s capacities, to his state of health, to his psychological profile, to his experience … Indeed, there is a level of There is strong evidence that physical activity improves pain and function, but also the quality of life of patients with OA of the lower limbs. Prescribing physical activity is still quite marginal, however, and only a minority of patients with osteoarthritis engage in regular physical activity. This stems from brakes linked either to a lack of support from caregivers or to misconceptions about the potential «risks» of physical activity on the joints. Yet most studies evaluating the effect of sports such as running on the joints are reassuring. It is possible that a «U» -shaped relationship explains the effects of mechanical stress on the cartilage: a sedentary lifestyle as an extreme activity (in professional athletes, for example) would be just as deleterious. This article takes stock of the latest data in the literature on this subject, to provide some answers to patients and help them take the plunge into physical activity.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Rhumatos.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles