COVID-19 : le retour… Des conséquences pour les patients et les praticiens

Nous avons été littéralement abreuvés d’information (et de désinformation) sur l’épidémie de COVID-19… Nous avons donc beaucoup hésité à revenir sur le sujet. Cependant, il ne se passe pas de jour sans que nos patients nous posent des questions sur cette infection, sur le risque que leur fait courir leur maladie, sur les risques liés à leur traitement…
Nous disposons désormais d’une importante quantité de données qui permet de répondre de façon argumentée à la grande majorité de ces questions. Il nous est donc apparu nécessaire de refaire le point des données de cette littérature récente, et d’envisager l’avenir.

Les patients atteints de rhumatisme inflammatoire ont-ils un risque plus élevé de contracter le COVID ?

Plusieurs études ont évalué ce risque (1). Le taux d’infection chez les patients présentant un rhumatisme inflammatoire est le même que celui constaté dans la population générale, de même que le taux d’hospitalisation.

Les traitements des rhumatismes inflammatoires augmentent-ils le risque de faire une forme plus sévère de COVID ?

De nombreux registres, cohortes et séries de patients atteints de rhumatisme inflammatoire ayant développé le COVID-19 ont été publiés ces derniers mois (2-10), permettant d’apprécier le risque de formes sévères et de décès en fonction de la nature de la pathologie et du type de traitement. Ces travaux, qui émanent de Chine, d’Espagne, d’Italie, d’Allemagne ou des États-Unis, fournissent des résultats très homogènes.
Schématiquement, nos malades n’ont pas de sur-risque de forme sévère, d’hospitalisation, de passage en réanimation ou de décès.
La majorité de nos traitements, AINS, méthotrexate, biothérapies ou inhibiteurs de JAK n’augmentent pas les risques liés au COVID. Quelques séries (notamment une étude espagnole), suggèrent que cependant un risque accru de mortalité chez les patients présentant une vascularite systémique ou une pneumopathie interstitielle sévère, et peut être un rôle néfaste du rituximab… Cependant, un biais d’estimation existe probablement avec ce traitement qui est utilisé notamment au cours des vascularites systémiques.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Rhumatos.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités spécialisées, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles